Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
U RUMENZULAGHJU

U RUMENZULAGHJU

De tout et de rien :blog anti -cons ....

1 Août 2010

La grande vadrouille

Image and video hosting by TinyPic

Combien de temps vont ils encore vadrouiller ces deux la ? Après "le Corniaud "ou ils ont été remarquables et "l'Avare ",le cavalier va tourner  La folie des grandeurs .Mais sa carrière est déja longue et on ne compte plus les films culte qui lui ont donné des rôles qui lui vont comme un gant ; jugez donc :"Le petit baigneur "(ça ne s'invente pas ),"une Souris chez les hommes ","Faites sauter la banque "avec Eric von Woerth ,,puis "Mon frangin du Sénégal "(il était là le 14 juillet ) et 3Le roi du bla bla bla 3(véridique!).Enfin  on lui a donné le script de" La loi des rues" et de" Mon pote le gitan "qu'il va sans doute tourner bientôt  (en ridicule )

Publié par ANTO' à 04:03am
Avec les catégories : #POLITIQUE

commentaires

Axel21 01/08/2010 22:46



C'est Filopat et Patachon ou Dupont et Dupond... et nous on fait tintin.



Valiy 01/08/2010 20:02



bon week end bises



ANTO' 01/08/2010 20:42



a toi aussi



elpoueto 01/08/2010 15:26



Effectivement ! Tout part de l'irresponsabilité de la fonction de Président de la république ! Vous vous rendez compte lui qui a en maiins le pouvoir de la bombe atomique ! Est-ce comique ou
dramatique ?



lucha 01/08/2010 11:06



ton animation est excellentissime.


Mais plus serieusement


http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/fonctionnement/president-republique/role/qu-est-il-responsabilite-penale-civile-administrative-du-president.html


pour les pressés


 Qu’en est-il de la responsabilité pénale, civile et administrative du président ?


mis à jour le 8.04.2010


La révision constitutionnelle du 23 février 2007 a clarifié le statut du président de la République et ses responsabilités pénale, civile et administrative.


Ainsi, le président « n’est pas responsable des actes accomplis en cette qualité » (art. 67). Cette irresponsabilité est absolue et permanente : elle
est valable à la fois dans les domaines politique, pénal, civil et administratif, et aucune action ne peut être engagée contre le chef de l’État pour des actes accomplis en qualité de président,
même après la fin de son mandat. Cette irresponsabilité a cependant deux exceptions : le chef de l’État peut être poursuivi devant la Cour pénale internationale pour crimes contre
l’humanité, ou soumis à une procédure de destitution « en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat » (art. 68).


Pour les actes du chef de l’État qui ne relèvent pas de l’exercice des fonctions présidentielles, le président ne peut pas faire l’objet d’une procédure judiciaire
ou administrative pendant la durée de son mandat. Il bénéficie désormais d’une « inviolabilité », dont les parlementaires étaient jusqu’ici les seuls à disposer (art. 26). Cette
inviolabilité est complète, car elle couvre également les domaines pénal, civil et administratif. Mais, elle est temporaire, puisqu’elle prend fin un mois après le terme du mandat présidentiel.
Les droits des personnes tiers sont cependant préservés par la suspension de tout délai de prescription et de forclusion.


La réforme a entériné les propositions de la Commission, instituée par le président Chirac le 3 juillet 2002, chargée de réfléchir au statut pénal du chef de l’État.
Cette Commission, présidée par Pierre Avril, suggérait de confirmer « l’immunité temporaire » du chef de l’État pendant l’exercice de ses fonctions,
c’est-à-dire la suspension de toute poursuite pénale et des actes d’information, mais également d’introduire la procédure de destitution désormais inscrite dans la Constitution. Elle
a aussi repris la solution dégagée par la Cour de cassation dans son arrêt du 10 octobre 2001, qui avait établi que le président bénéficiait d’une inviolabilité
temporaire jusqu’à la fin de son mandat entraînant la suspension des poursuites.


On constate ainsi qu’aujourd’hui, pendant la durée de son mandat, et mise à part l’hypothèse du « manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat »,
dont la définition n’a pas été précisée, le président de la République est irresponsable politiquement et pénalement.


 



ANTO' 01/08/2010 12:19



Il le sait et il en abuse .



daniel.l 01/08/2010 09:09



...mais on pourrait réécrire aussi la chute de l'empire romain!!! ou 2012, l'odyssée de l'espace... parce qu'avec le vide politique que l'on a...!



New Dawn 01/08/2010 08:17



J'adore ton animation ...bravo à toi...quant aux deux compères, la constitution les protège ...



ANTO' 01/08/2010 10:18



C'est vrai qu'ils sont de constitution robuste sauf au niveau neuronal